« Un vent fou s’est levé dans ma tête » Chroniques de création

Localisation : Médiathèque Emile Zola
Catégorie : Rencontres littéraires
Public : Tout public
Conditions : Salle de Cinéma et de Rencontres
  • - Le 24/11/2021 à 17:30

SALLE DE CINÉMA ET DE RENCONTRES, 17H30
En partenariat avec La Baignoire, Montpellier

Dans le cadre de sa résidence de création, Carole Fréchette, proposera une lecture de sa correspondance avec Lise Vaillancourt, elle aussi écrivaine québécoise, au sujet de leur création respective et de la création littéraire en général. Elle sera accompagnée de la comédienne Mama Prassinos.

En avril 2014, alors que Carole Fréchette et Lise Vaillancourt commençaient, chacune de leur côté, l’écriture d’une nouvelle pièce, elles ont eu l’idée d’entreprendre une correspondance sur leurs chantiers d’écriture respectifs. Le but premier était de garder vivant le fil de la création à travers leurs multiples obligations: quelles que soient leurs occupations et où qu’elles soient, elles auraient un rendez-vous épistolaire à toutes les deux semaines pour faire le point sur les avancées de leurs pièces. L’aventure aura duré presque deux ans !

Carole Fréchette avait pour projets à l’époque : « Ismène » que vous pourrez entendre le mardi 30 novembre dans le cadre du festival Magdalena et « Nassara » les 3 et 4 décembre à La baignoire. 

« Un vent fou s’est levé dans ma tête » va être publié au printemps 2022.

Carole Fréchette est une comédienne et dramaturge québécoise francophone contemporaine.

Née à Montréal (Canada) en 1949, Carole Fréchette est l'une des figures majeures du Théâtre contemporain québécois. D'abord comédienne, Carole Fréchette intègre la compagnie du Théâtre des Cuisines dans les années 80. Elle y apprend toutes les facettes du métier et trouve son véritable épanouissement dans l'écriture
Sa première pièce, "Baby Blues", est créée en 1991 ; suit "Les quatre morts de Marie" (1995), qui obtient le Prix du Gouverneur général du Canada. Les créations se succèdent et, en 2002, elle est récompensée par le Prix de la Francophonie lors du Festival d'Avignon.
Pour l'édition 2016 du Paris des Femmes, elle signe 'Ismène', monologue pour une actrice, dans le recueil de dix pièces courtes "Crimes et Châtiments", dans la Collection des quatre-vents de L'avant-scène théâtre, aux côtés de Stéphanie Blanchoud, Alma Brami, Claire Castillon, Léonore Confino, Claudie Gallay, Cécile Ladjali, Tatiana de Rosnay, Valérie Tong Cuong et Christian Siméon.

 

Mama Prassinos suit le parcours classique d’une jeune fille grandissant à Paris qui rêve de troupe itinérante à la Molière, nourrie par la poésie et les textes de théâtre. Elle a la chance en sortant de son école d’art dramatique, de vivre sa vie rêvée avec la troupe de Marcel Maréchal au Théâtre national de Marseille puis au Théâtre du Rond-Point à Paris.11 spectacles plus tard, elle part à l’aventure avec d’autres metteur-es-s en scène, puis commence à tourner dans des films. À l’approche de la quarantaine, elle quitte Paris et s’installe avec sa famille à Montpellier. Elle y fait la connaissance de Gilbert Désveaux, alors co-directeur du CDN.

Cette rencontre lui fait prendre un autre chemin, elle devient sa collaboratrice artistique. Elle a la chance de pouvoir s’impliquer dans le travail qu’il menait, à savoir défendre la politique culturelle d’un CDN. À ce poste elle y tient toute sortes d’ateliers différents pour les collégiens, les lycéens, les amateurs, les centres d’arrêt ou de rétention. Elle l’asssiste aussi lors des stages AFDAS et de ses mises en scène où elle tient la place de conseil en dramaturgie et en direction d’acteur-trices-s.

Ils montent une compagnie ensemble entre son départ du CDN à lui et sa prise de direction d’un autre lieu. Le temps pour elle de mettre en scène et produire deux spectacles. Des autrices par choix. Elle est également professeur d’art dramatique au Cours Florent.

 

Cette lecture sera suivie d’une rencontre animée par Pénélope Dechaufour.

Pénélope Dechaufour est maître de conférences (MCF) en Études théâtrales à l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Spécialiste des dramaturgies francophones d’Afrique et des diasporas qui sont traversées par l’histoire coloniale et l’histoire des migrations, ses recherches et ses enseignements portent sur les esthétiques des écritures contemporaines, notamment en dialogue avec les autres arts. Elle s’intéresse aux dramaturgies qui impliquent le corps, ses représentations et ses enjeux politiques et a plus spécifiquement travaillé sur les liens entre écriture et arts plastiques en théorisant la notion de « drame figuratif » dans sa thèse de doctorat soutenue à l’Université Paris 3, au sein du laboratoire SeFeA, sous la direction de Sylvie Chalaye. Membre du RIRRA 21, elle est très active dans le réseau des dramaturgies contemporaines et fait partie de plusieurs comités de lecture dont ETC Caraïbe. Elle coordonne, en outre, le comité francophone Eurodram, réseau européen de traduction théâtrale. Elle a dirigé le 100e numéro de la revue Africultures : "Afropéa, un territoire culturel à inventer" (2015) et a publié plusieurs articles sur les dramaturgiques contemporaines.

 


Photographie : Claude Dolbec
Chargement des enrichissements...