Calixte Cavalier (1820-1888)

Cavalier.jpg


En 1888, il lègue ses collections à la ville de Montpellier : plus de 2000 volumes, 3000 médailles et monnaies, 300 "objets d'art ou de curiosité"… répertoriés dans le catalogue publié en 1898. Il a composé sa bibliothèque avec goût ; son temps y est très présent (1449 volumes du XIXe), mais il ne néglige pas l'héritage du passé : 26 incunables, 215 volumes du XVIe, 106 du XVIIe et 260 du XVIIIe. Il les a collationnés lui-même avec le plus grand soin, comme l'indiquent les abondantes notes manuscrites qui figurent sur les pages de garde. Pour chaque période, il a cherché les livres rares et les meilleures éditions, avec une prédilection pour les ouvrages illustrés par les plus grands artistes : Holbein, Gravelot, Boucher, Eisen, Cochin, Moreau le Jeune, Johannot, Doré, Gavarni... Comme tous les bibliophiles, le docteur Cavalier apprécie les particularités d'exemplaires.

Son domaine de spécialisation est représenté par quelques remarquables livres anciens de médecine ou d'anatomie. Mais les Belles-Lettres dominent. Grand admirateur de Rabelais, il a réuni une quarantaine d'éditions de ses œuvres et une édition de Platon lui ayant appartenu (ex-libris manuscrit). Il rassemble également quelques reliures prestigieuses, par exemple exécutée pour Jean Grolier ou le chancelier Séguier, ornée du chiffre du roi François Ier, des armes du Grand dauphin ou bien encore la reliure de présent pour l'édition des Contes de La Fontaine dite des Fermiers généraux...

On pourrait rajouter nombre de reliures mosaïquées ou à la dentelle réalisées dans les plus belles peaux. Il a une passion pour les reliures anciennes mais aussi pour celles que créent les grands relieurs contemporains : Cape, Chambolle-Duru, Hardy, Lortic, Simier, Trautz-Bauzonnet...