François-Xavier Fabre (1766-1837)

Fabre.jpgEn 1825, le peintre offre sa bibliothèque et celles de ses amis, le comte Vittorio Alfieri (1752-1824) et Louise de Stolberg, comtesse d’Albany (1752-1824), dont il avait hérité. Ces trois fonds, complémentaires par leur spécialité (art pour Fabre, littératures grecque et humaniste pour Alfieri, littératures française et étrangère pour la comtesse), sont ainsi réunies à Montpellier, grâce à l’amitié qui les liait tous les trois à Florence.

 La bibliothèque du fameux poète lyrique et auteur de théâtre tragique italien, Vittorio Alfieri, comprend 5.000 livres (voir Catalogo Alfabetico de' Libri), qui portent son ex-libris, avec la date, le prix et le lieu de leur achat. Des annotations, des essais de traduction ou des fragments poétiques de sa main rendent uniques beaucoup de ces ouvrages. Sa « Vie » écrite par lui-même nous informe qu’il recherchait les grands classiques français, latins et grecs, et qu’il avait collectionné ”presque tous les chefs-d’œuvre de la langue toscane”.

La bibliothèque de la comtesse d’Albany, veuve du dernier Stuart, prétendant à la couronne d’Angleterre, forte de 4.302 titres, se compose de 600 livres italiens et d’ouvrages de littératures grecque, latine, française, anglaise et allemande.
La correspondance et les notes manuscrites de Vittorio Alfieri et de la Comtesse d'Albany sont consultables en ligne.